Carnet de voyage : Premières heures à Tokyo et quelques curiosités

.
. = = =»auto» =»true»>

Bonjour tout le monde!

Après notre odyssée pour nous rendre au Japon, nous avons déjà commencé à profiter de ce grand pays. Les premières heures ont été assez compliquées, puisque nous avons dû composer avec le décalage horaire et surtout avec la fatigue accumulée de notre voyage mouvementé . À notre arrivée, nous avons visité le Meiji Jingu, le sanctuaire shinto le plus important de la ville. Comme beaucoup d’autres monuments que nous avons croisés (Capitole, Fontaine de Trevi…), c’était aussi avec des échafaudages. Cependant, le cadre était toujours fantastique.

Le Japon nous surprend un peu. Il est vrai que nous n’avions pas encore observé un si grand choc entre les cultures. Les Japonais sont très méthodiques et ordonnés. Cela signifie que, malgré la taille énorme de la ville (14 fois Barcelone), marcher dans son métro et dans ses rues n’est pas un problème. Enfin, moins quand on traverse le passage piéton de Shibuya. C’est de la folie pure. Même si le feu est rouge et qu’aucune voiture ne s’approche à moins de 2 kilomètres, les Japonais ne traverseront jamais.


Les feux tricolores vous indiquent combien de temps il vous reste pour traverser

Il est également surprenant que la plupart d’entre eux ne parlent pas anglais, bien qu’ils se soucient de vous comprendre. Aussi, si vous allez dans un supermarché pour acheter ou dans tout autre établissement, même si vous leur parlez en anglais, ils vous répondront en japonais. Et aussi ils ne vous en disent pas le moins, mais ils vous expliquent bien des détails en pensant que vous les comprenez. C’est très curieux.

De plus, pour la première fois dans de nombreuses villes où nous sommes allés, à Tokyo personne ne nous arrête dans la rue pour nous vendre quoi que ce soit. Ici, si vous n’êtes pas japonais, vous jouez dans une autre ligue. Ils ne sont pas intéressés. La vérité est que vous allez beaucoup plus calme. Ce n’est pas comme dans le Quartier Latin de Paris que tous les serveurs se battent pour que vous mangiez dans leur restaurant, ou sur Petaling Street à Kuala Lumpur pour que vous achetiez leurs contrefaçons. Ici, ils vous transmettent, même si la vérité est qu’ils traitent très bien les touristes.

Dans les stations de métro, les commissariats, etc. Ils ont des cartes imprimées en noir et blanc de la région et lorsque vous leur demandez, ils marquent l’itinéraire. Ils y sont déjà préparés, même si beaucoup ne parlent pas japonais. Ils sont très gentils et serviables.

.
. =»in-article» =»fluid» = =>

Nous avons également commencé à voir de nos propres yeux beaucoup de choses que nous avons toujours entendues. Par exemple, le thé vert Kit Kat, les fameuses toilettes et la passion des japonais pour elles et même des robots dans de nombreux établissements. Le Japon est un autre monde et il semble que vous soyez dans une bande dessinée. Toutes les affiches et notices sont basées sur des illustrations très amusantes. Il y a même des signes incompréhensibles !


Le paradis de Kit Kat. Fou de choisir le meilleur !

Les Japonais sont complètement fous de toilettes. La plupart ont un chauffage, des jets d’eau et bien d’autres fonctions. On dirait des robots ! Ils ont aussi une dépendance aux technologies. Si à Barcelone on hallucine déjà avec des gens collés au téléphone toute la journée, les Japonais le sont encore plus.


Même le métro est dédié aux dessins animés !

La ville est une vraie folie. Vous ne le finissez même pas en y vivant toute votre vie. Nous pensions qu’aux États-Unis, tout était énorme jusqu’à ce que nous mettions les pieds à Tokyo. Les distances sont énormes, et même à nous qui aimons marcher, cela semble inabordable.

Nous avons hâte de voir le hanami (fleur de cerisier). À Tokyo, il reste encore quelques semaines pour que cela se produise, mais lorsque nous nous déplacerons vers le sud, nous pourrons sûrement en profiter. Quoi qu’il en soit, nous allons vous raconter comment se déroule notre aventure à travers ce pays.

Un câlin!

Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *